Nouvelle charte pour le PNR Oise-Pays de France

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Le Parc naturel régional (PNR) Oise-Pays de France a élaboré une nouvelle charte pour les 15 ans à venir.

Cette charte a été soumise à enquête publique du lundi 27 février au mercredi 29 mars 2017. Il est proposé de l’étendre à 27 communes supplémentaires dont 15 dans l’Oise, avec des corridors écologiques.


Les agriculteurs concernés se sont réunis le vendredi 24 mars pour en échanger et se rendre ensemble à l’enquête publique à Senlis. Faute d’avoir pu échanger assez longtemps avec le commissaire enquêteur, ils ont été reçus de nouveau par la commission d’enquête le mardi 28 mars directement au siège du PNR.

Lors de ces échanges, en plus des contributions personnelles des agriculteurs, il a été déposé une contribution au nom de la fdsea60 et une seconde contribution collective des agriculteurs présents le mardi 28 mars. Ces échanges, qui furent parfois houleux, ont porté entre autres sur l’importance du dialogue entre les agriculteurs et le PNR, l’opposition à l’acquisition  de terres agricoles par les collectivités, l’importance des bonnes relations entre bailleurs-fermiers, l’importance du droit de se clore pour protéger son activité…


Vous retrouverez le contenu de la charte et pourrez visualiser les dépôts à l’enquête publique sur le site : http://www.parc-oise-paysdefrance.fr/revisons-la-charte.


Il faut attendre le résultat de l’enquête publique qui permettra de faire bouger quelques lignes, espèrent les agriculteurs, qui rappellent que le contenu de la charte aura son importance, notamment par ses orientations sur les documents d’urbanisme.

Comme le conclut Guillaume Chartier, président de la fdsea60, dans sa contribution au nom des adhérents : «L’autonomie décisionnelle est essentielle à l’exploitation agricole et à ce titre, la mise en œuvre de la charte ne peut être basée que sur une démarche d’accompagnement des agriculteurs. L’exploitant est libre de choisir son système d’exploitation et de le faire évoluer, les évolutions à venir ne peuvent être imposées.»

Carine Vasseur et Ludivine Traën

La vidéo du moment

Voyage en Aveyron 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque