AG de Senlis-Chantilly: élections Chambre et corridors écologiques

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Les adhérents du Syndicat d’exploitants agricoles de Senlis-Chantilly se sont réunis lors de leur assemblée générale le mercredi 9 janvier 2019.

L’ordre du jour était chargé : présentation du projet et de la liste FDSEA60 + JA60 pour les élections Chambre d’agriculture, du projet CorEco2, avancées sur l’épargne de précaution et séparation du conseil et de la vente.
Après avoir introduit la réunion, Luc Roland, co-président du SEA avec Vincent Boucher, a donné la parole à Thierry Bourbier, président par intérim de la FDSEA 60 et membre de la liste FDSEA 60 + JA 60, pour parler des élections Chambre d’agriculture. Thierry rappelle que «tous les pouvoirs de décision sont désormais à la région». La présentation de la liste et du projet a fait réagir les participants. «Votez pour les gens qui vous ressemblent et qui sont au travail. Quand on regarde la liste, on voit bien qu’on défend toutes les agricultures et tout le département» précise Luc Smessaert ; «On a les appels de cotisation à distribuer, c’est l’occasion de rappeler à tous d’aller voter» rappelle Adélie Germain Vanbutsele ; «Les chiffres, de participation et de résultats sont très importants pour les politiques et pour les médias» interpelle Vincent Boucher.
Louise Krolczyk, chargée de mission agriculture et forêt au parc naturel régional Oise-Pays de France, a ensuite présenté le projet CorEco2. Elle rappelle : «Le PNR a pour objectif de renforcer les continuités écologiques tout en répondant aux enjeux de son territoire. Le projet CorEco2 a plus précisément pour objectif de renforcer ou créer des bio-corridors en plaine et limiter l’érosion et le ruissellement des sols agricoles, grâce à l’implantation d’infrastructures agroécologiques dans les champs. Une étude sur les différents débouchés est en cours afin d’offrir aux agriculteurs de nouvelles opportunités économiques.» Deux filières sont étudiées : le foin, pour une valorisation des prairies et le bois-énergie, avec le développement de chaufferie biomasse. «Nous sommes à la phase 2 du projet, c’est-à-dire le diagnostic auprès des exploitants agricoles pour l’introduction des infrastructures agroécologiques. La mise en place des projets est prévue pour 2020.» précise Louise. Les réactions ont été vives dans l’assemblée. Emeric Duchesne questionne : «Ce qui me choque, c’est qu’il n’y a pas de valorisation de l’existant. On n’a pas à rougir de notre territoire. Il faut faire un état des lieux de ce qui existe et le valoriser.» Luc Smessaert surenchérit : «Valoriser l’existant et le faire évoluer donnera envie aux agriculteurs et à leurs voisins.»
Didier Vandierendonck prévient : «Il y a 15 ans, on a été voir Creil pour monter un partenariat mais ils ont dit non car ils voulaient de gros tonnages industriels.» Vincent Bucher  prévient : «L’accessibilité des haies est importante et à réfléchir». Chantal Ferté rappelle : «Il faut penser également aux propriétaires et à la valeur des parcelles.» Et enfin, Luc Roland conclut : «Si on met l’économie à la même hauteur que l’écologie, on y arrivera.» Vous pouvez contacter Louise Krolczyk par mail : l.krolczyk@parc-oise-paysdefrance.fr ou par téléphone au 03 44 63 65 65.
Luc Smessaert a ensuite présenté les nouveautés concernant l’épargne de précaution et la séparation de la vente et du conseil. Sur ce dernier sujet, il précise : «LA FNSEA est contre mais pas parce qu’on est addict aux phytos. On ne reconnaît plus la formation professionnelle des agriculteurs. La FNSEA a mis en place un contrat de solutions. Il faut également prendre à partie les consommateurs : n’importons pas ce que vous ne voulez pas dans vos assiettes et dans nos champs.» Enfin, un temps était prévu pour les questions : le sujet des dégâts de gibier a bien sûr été abordé ainsi que le prélèvement à la source. Thierry Bourbier a ensuite invité chacun au congrès de l’AGPB les 13 et 14 février à Compiègne. Pour finir, les échanges ont continué dans la convivialité autour d’une galette des rois.
Lucie Deterpigny

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque