Nouvelle équipe à la FDSEA, Guillaume Chartier réélu président

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Le nouveau conseil d’administration de la Fdsea de l’Oise a procédé vendredi 3 mars à l’élection des membres de son nouveau bureau. Guillaume Chartier en a été réélu président pour un mandat de 3 ans.

Une nouvelle équipe élue le 3 mars.

Les nouveaux secrétaires généraux élus de la FDSEA sont Bernadette Brehon et Régis Desrumaux. Ce dernier a remercié Christophe Beeuwsaert «pour son travail et l’ensemble des membres du conseil d’administration pour leur confiance accordée». Il a également, auprès des administrateurs, exprimé son attente qu’ils soient «le relais sur le terrain de ce que vous ne trouvez pas normal ; on ne peut agir qui si vous vous faites le relais de ce qui se passe sur le terrain».

Guillaume Chartier a également remercié Bruno Haas, antérieurement vice-président de la FDSEA, qui passe également le main. Bruno Haas reste engagé sur les dossiers environnement à la Chambre d’agriculture.

Outre l’élection des membres du bureau de la FDSEA, le conseil d’administration a désigné ses représentants à la FRSEA des Hauts-de-France, statutairement au nombre de 5: Guillaume Chartier, Bernadette Bréhon, Vincent Vecten, Pascal Foucault et Thierry Bourbier. L’ordre du jour statutaire étant épuisé, les administrateurs de la FDSEA se sont immédiatement penchés sur les dossiers d’actualités.

Voir la composition du conseil d'administration

Contentieux «prairies»
Pascal Foucault, vice-président de la FDSEA pour l’arrondissement de Beauvais Nord, en charge de la question du maintien des prairies permanentes dans le cadre du verdissement de la Pac, a fait le point sur cet épineux dossier. Le ministère de l’Agriculture en effet, suite aux actions engagées par le syndicalisme majoritaire, a procédé à un recalcul du ratio d’évolution des prairies permanentes dans la région Hauts-de-France.

Ce ratio, initialement calculé à 6,64%, est redescendu à 5,84%. Il reste donc encore supérieur au taux de 5 % et exige donc la réimplantation des prairies retournées et l’interdiction stricte et absolue, sans dérogations, de retournement des prairies permanentes.
Pascal Foucaul a indiqué que si ce nouveau ratio permet de sortir un quart des agriculteurs auxquels il était exigé une réimplantation d’en être exonérés, il n’en restait pas moins insatisfaisant et inacceptable.

«Ni l’État ni la Draaf ne sont en capacité de nous expliquer pourquoi, d’une année sur l’autre, la surface agricole dans notre région augmente de 36.000 hectares. Pourtant, cette augmentation a un effet majeur sur le ration prairies et, si elle n’était pas prise en compte, le ratio serait inférieur à 5 %».
Guillaume Chartier a invité le conseil d’administration à se positionner sur le sujet. à l’unanimité, les administrateurs ont décidé de contester juridiquement ce nouveau ratio devant les tribunaux et de contester les deux arrêtés, ministériels et préfectoraux, qui mettent en œuvre le dispositif dans la région.

Régis Desrumaux, secrétaire général de la FDSEA, a rappelé que l’action de la FDSEA est déterminée et que, «en l’attente du résultat du contentieux il reste, d’ici les prochaines déclarations Pac, hors de question de réimplanter les prairies permanentes».

Consultation Pac
La FDSEA attend par ailleurs que ce dispositif puisse être amélioré dans le cadre de la Pac, si possible dès à présent et, en tout cas, dans le cadre de la prochaine Pac. à cet effet, il a été fait présentation aux administrateurs de la consultation organisée par la Commission européenne sur la simplification et la modernisation de la Pac. Cette consultation est ouverte jusqu’au 2 mai 2017.

La FDSEA invite et incite tous les agriculteurs à y participer. «C’est une action syndicale de répondre à cette consultation, il faut le faire» a insisté Guillaume Chartier, soulignant que d’autres réseaux se sont déjà fortement mobilisés et pas dans un sens toujours favorable à l’agriculture telle que la défend le syndicalisme majoritaire en France et dans la vision que nous avons de l’agriculture française.

France 2, indigne…
Christophe Beeuwsaert enfin est revenu sur l’émission Envoyé Spécial présentée jeudi 2 mars avec le sujet Beulin, roi des Paysans. «Cette émission est indigne et irréspectueuse, a fortiori dans un calendrier aussi proche du décès de Xavier» a-t-il relevé.

Luc Smessaert a indiqué que la FNSEA avait agit au plus haut niveau pour que cette émission soit reportée. «Le Président de la République lui-même est intervenu et a souhaité que cette intervention soit connue», mais elle a été sans résultat, même si l’émission a été remaniée avec des images postérieures au décès du président de la FNSEA.

Luc Smessaert, jugeant cette attitude de la chaîne publique «indigne», a proposé que la FDSEA suspende toutes relations avec la chaîne publique pour l’instant et sans délais. Le conseil d’administration a accepté cette position proposant que le bureau de la FDSEA examine plus avant l’attitude à avoir avec France Télévisions, en lien avec la FNSEA.

Laurent Mingam

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque