Une volonté d’avancer

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Ils étaient au congrès de la FNSEA à Brest, ils nous livrent leurs impressions.

Didier Verbeke

 

Didier Verbeke

«La référence à Xavier Beulin est évidemment omniprésente lors de ce 71e cCongrès. Il reste le guide et le capitaine car c’est du projet qu’il a bâti et dont il était le leader que l’on parle au cours de ces 3 jours avec l’équipe en place qui a la volonté de le poursuivre.
Parmi les dossiers traités, j’ai envie d’en retenir et d’en relater deux. Le premier, c’est le contexte économique qui est compliqué. Face à cela, nous avons la nécessité d’organiser les filières et le syndicalisme doit être leader dans la capacité à mettre tous les acteurs en ordre de marche pour s’organiser face aux groupes. Il faut avoir l’ambition, comme l’a dit Dominique Barrau, que sur 100 € de dépenses alimentaires, la valeur soit mieux partagée entre tous les acteurs au sein des filières, alors que 6 € seulement reviennent aujourd’hui à l’agriculteur, ce qui est très insuffisant.
Le deuxième, ce sont les aspects réglementaires. La Fnsea travaille pour trouver des solutions face à la complexité administrative qui a conduit à des retards de paiements et à des contraintes de plus en plus nombreuses sur nos exploitations. C’est sur ce sujet un vrai engagement qui est pris, un vrai travail au sein de la FNSEA pour faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus pénalisés.
Je retiens enfin que la volonté de la Fnsea, c’est d’essayer, sur cette année 2017, de redonner des perspectives, de redonner de l’envie aux agriculteurs et à ses adhérents.»

 

«La FNSEA travaille sur de nombreux dossiers et le congrès est l’occasion de faire le point sur tous ces dossiers. Elle travaille très activement sur la question des prix. Elle travaille pour faire reconnaître les coûts de production dans les prix des produits.
La construction du prix est un axe majeur de l’action syndicale. Un axe exigeant et complexe, qui exclut toute démagogie mais engage un travail de fond.
Je relève aussi que les réflexions sur la future Pac sont engagées, au sein de la Fnsea et au sein du réseau. Chacun attend de la simplification et plus de lisibilité dans cette future Pac. Il nous faudra y travailler pour poser nos besoins, nos attentes.
La FNSEA, au cours de ce congrès, a également engagé le débat du statut de l’agriculteur professionnel. C’est un débat fondamental. L’hémorragie sur les terres agricoles existe sur de nombreux territoires.
Entre les achats de foncier par des étrangers, par des firmes industrielles, par des distributeurs et le développement du travail à façon, ce sont les caractères mêmes, l’identité agricole qui sont en question. Il faut donc un cadre pour dire ce que c’est, aujourd’hui, qu’être un agriculteur professionnel. Le mérite revient à la Fnsea de poser ce débat, qui n’est pas clos.»

Bernadette Bréhon

Bernadette Brehon Fev2017

 

Pascal Foucault

 

Pascal Foucault

«Ce congrès, c’est d’abord le plaisir d’être accueilli en région Bretagne qui a une forte identité agricole, une région très dynamique et diversifiée par ses productions.
Dans les difficultés que nous traversons, je mesure, au cours de ce congrès, la force de frappe de la FNSEA, la force du collectif et la dimension de notre réseau.
Mais j’identifie aussi le rôle majeur de nos délégués communaux et présidents de SEA qui sont les acteurs de la dynamique sur le terrain et la force d’écoute auprès des adhérents pour que la chaîne que nous formons soit robuste.
L’écoute du terrain et la proximité doivent être, demain encore plus qu’aujourd’hui, les maîtres mots de notre organisation pour être source de proposition, de construction et de solidarité.
Oui, l’ascenseur montant et descendant doit fonctionner, et dans les deux sens.
Je mesure aussi que la réussite de notre action est l’affaire de tous et que chacun, quelle que soit la position que nous ayons, chacun doit prendre la part à sa construction.»

 

«Je suis ravi sincèrement de ma participation à ce congrès FNSEA à Brest.
Les messages Fnsea sont très forts, avec beaucoup d’émotions après la disparition de Xavier Beulin.
C’est d’abord un message très fort de proximité avec les adhérents ainsi que cela a été exprimé autant dans le huis-clos et que dans le rapport d’activités avec un maître-mot : solidarité. Cette proximité, c’est aussi tout le travail qui est fait par la Fnsea en collaboration avec toutes les fédés ; cette cohérence et ce lien entre les adhérents, le terrain et tout le réseau des élus sont un point majeur d’organisation, un élément essentiel de notre réseau.
J’ai ainsi trouvé le huis-clos très positif, car on se rend compte que, si parfois on a l’impression d’être seuls, en réalité, on voit que le message est porté par tous et que tout le monde va dans le même sens ; l’équipe Fnsea sait les difficultés des agriculteurs, les questions qui se posent et sur chaque dossier, mène un travail de fourmis pour répondre aux préoccupations. La construction du prix par exemple, ce n’est pas un dossier de 15 jours, il faut aller au front tous les jours et travailler dur pour avancer pas à pas.
La FNsea est une machine ! Quand elle se saisit d’un dossier, elle le fait réellement et fait bouger les lignes. On ne s’en aperçoit pas toujours et pas tout de suite en tant qu’adhérent mais réellement, ça avance, ça grignote. On arrive à faire bouger les lignes et là où on n’obtient pas des choses, on évite le pire.
Je retiens également des témoignages très forts, dont le témoignage, qui nous arraché les tripes, d’un responsable sur le suicide. Le message de la Fnsea, c’est de savoir, comprendre et connaître cette détresse et d’en tirer toutes les conséquences pour se battre avec responsabilité, sans une colère qui ne sert pas, mais se regrouper pour y arriver, ensemble.
Même si on croit que l’on est seul, le syndicat est là ; il ne faut pas rester seul, le réseau est une chaîne dont tous les maillons ont leur importance, de l’adhérent au président national. Mon message à chacun c’est  : ne vous isolez pas !
Je retiens également un témoignage fort d’un groupe de nouveaux présidents et secrétaires généraux qui, ne se connaissant pas, se retrouvant en formation et venant d’un peu partout se sont présentés en groupe et nous ont montré qu’ils constituent aujourd’hui un groupe d’amis, une famille, et cela aussi, c’est une marque, une force, une valeur partagée dans notre réseau.»

Régis Desrumaux

Regis Desrumaux

 

 

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Voyage en Aveyron 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque