Etat provocateur?

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Entre crises de marché et crise climatique, nous vivons en 2016 la pire année agricole depuis
l’après-guerre. Oui, la situation est exceptionnelle.

Les agriculteurs qui viennent nombreux aux réunions locales le disent, il faut trouver des moyens pour sécuriser les risques qui peuvent mettre en péril nos exploitations par des dispositifs fiscaux, sociaux et assurantiels adaptés. Et il faut, pour passer le cap, des mesures de refinancement et de soutiens adaptés.

Je ne suis malheureusement pas certain que l’État ait encore bien compris la mesure de ce que nous vivons.

Ainsi, par exemple, du dégrèvement de TFNB que nous avons demandé et qui est à ce jour arrêté à 35 % et porte sur les seules terres arables. Nous trouvons cela, à la Fdsea, totalement insuffisant et provocateur. Exclure à cette heure les prairies n’est pas satisfaisant et nous continuons à nous battre pour qu’elles soient incluses. Cette décision étant nationale, nous attendons très concrètement la semaine prochaine du rendez-vous entre notre président Xavier Beulin et Manuel Valls, que les lignes bougent.

De même, traîne l’idée dans les ministères de remettre en cause les engagements sur les distances d’épandage des phytos. Là encore, ce serait une provocation insupportable et parfaitement infondée alors que nous travaillons justement dans les départements pour mettre en œuvre la loi d’avenir et sécuriser les pratiques. Oui, il est triste dans ce contexte d’avoir ces provocations, mais nous sommes et restons mobilisés et unis pour défendre notre métier.

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque