La liberté de choisir

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Par Guillaume Chartier, président de la FDSEA 60.

Les annonces du ministère de l’Agriculture sur l’obligation de reconversion de prairies retournées ravivent des difficultés importantes sur les exploitations. Et elles soulèvent des questionnements tout aussi importants qui doivent tous nous interpeller.

En effet, comment doit-on entendre et vivre cette idée de sanctuariser la destination des terres? Sanctuariser un mode d’exploitation? Aujourd’hui, ce sont les prairies… et demain? Oui, cette idée ouvre la porte à un mode d’exploitation contraint que nous n’acceptons pas. Nous refusons cette idée et défendons la liberté de travail.


Et d’ailleurs, le ministère de l’Agriculture aurait-il oublié qu’en 5 ans dans un département comme l’Oise, le nombre de producteurs de lait a baissé de 20 %? Pas illogique que les surfaces de production de lait soient également en baisse compte tenu du contexte économique. Peut-être le ministère a-t-il également oublié que des terres agricoles sont chaque année artificialisées ou sortent des statistiques agricoles car elles sortent des déclarations Pac, sans toujours disparaître d’ailleurs.

Alors, pourquoi le maintien des prairies serait-il l’apanage des seuls agriculteurs? Et ces «sorties statistiques» sont-elles bien prises en compte ? Nous n’en sommes pas sûrs! Pas si sûr que ce fameux ratio soit bien fiable. Alors, oui, le ministre doit revoir sa copie et défendre l’intérêt des agriculteurs français en ouvrant les yeux sur les réalités. Oui, nous défendrons ces idées avec fermeté face à l’État.

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque