Triple peine !

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Edito de rentrée de Guillaume Chartier, président de la FDSEA de l'Oise.

La situation agricole cette année est bien atypique. Alors que la crise dans le secteur de l’élevage perdure douloureusement depuis 2 ans, à celle-ci vient s’ajouter et s’aggraver la crise dans le secteur des céréales.

Aucune entreprise agricole ne peut sans trembler résister aux pertes subies cette année, pertes historiques, inédites. Le rendement départemental en blé est à peine de 50 quintaux ! Et non seulement il manque le volume mais, en plus, le prix n’est pas là. Il faudra plusieurs années pour se redresser de cette situation exceptionnelle.

Nous estimons la perte économique pour la ferme Oise à près de 300 millions d’euros pour 2016.
La peine est donc triple car elle est économique, météorologique, mais aussi morale ou réglementaire, ce qui peut-être revient un peu au même. Nos entreprises ont perdu de leur capacité de résistance aux aléas car, partout, on nous alourdit ! En charges diverses, en fiscalité, en contraintes, en perte de vue de bon sens agronomique et j’en passe...

Nous sommes, à la Fdsea, mobilisés toujours et, dès mi-juillet, nous avions alerté les services de l’État de nos inquiétudes. Pour les grandes cultures, l’État annonce des mesures en… octobre ! Sans attendre, avec les organisations professionnelles agricoles de l’Oise, nous sommes engagés pour mettre en œuvre, chacun dans son métier, toute notre détermination pour accompagner toutes les situations, individuellement et collectivement. Et cette mobilisation est pour toutes les productions, pour tous les agriculteurs.

La vidéo du moment

Voyage en Aveyron 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque