Une carte qui n’a que la valeur du papier

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Coup de gueule de Thierry Leysens, délégué de la section faune sauvage de la FDSEA.

"La validation annuelle de la carte de points noirs a été une fois de plus difficile en Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS). Les désaccords se sont révélés entre la profession agricole et les différents partenaires. Si nous sommes tous d’accord sur la définition des communes entrant dans la classification de ces points noirs, le syndicat n’est pas satisfait des mesures qui y sont associées. La prévention par les clôtures et l’emploi de répulsif ne sont pas suffisants!

D’une part, parce que l’utilisation du répulsif n’est plus possible car il ne bénéficie pas d’une autorisation de mise sur le marché et empêche la commercialisation de nos cultures et, d’autre part, parce que le service prévention de la FDC, celui en charge de la pose des clôtures, n’est composé que de 2 personnes pour tout le département!

C’est pourquoi, alors que nous avons des solutions proposées par le Code de l’environnement, je me suis abstenu de voter la carte des points noirs quis sans mesures contraignantes, n’a que la valeur du papier.

Par ailleurs, après avoir accepté la proposition de la profession agricole de verser des acomptes, la Fédération des chasseurs de l’Oise vient d’annoncer qu’elle fait machine arrière, prétextant que le retard de la convocation de la commission nationale est imputable à la profession agricole! C’est une pure invention! Ce qui ne l’est pas, c’est la Fédération de chasse montre encore une fois sa désolidarisation avec le monde agricole!"

 

Lire la réponse de la Fédération des chasseurs de l'Oise.

 

Voir l'article sur la dernière réunion de la section en décembre 2016.

événements

  • {0} - {1}

La vidéo du moment

Rapport d'activités 2016

Toutes les émissions dans la médiathèque